Archives de Catégorie: Parution

Le littré de la Grande Cote numérisé

Le Littré de la Grand’Côte (à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement) est un ouvrage rédigé par l’écrivain lyonnais Clair Tisseur sous le pseudonyme de Nizier du Puitspelu.

Le Littré de la Grand’Côte a été publié en 1894 sous l’égide de l’Académie du Gourguillon, inquiète de la disparition du parler lyonnais. Présenté comme un dictionnaire, Le Littré de la Grand’Côte est considéré comme la bible du parler lyonnais. Il regroupe également de nombreuses expressions et anecdotes cocasses.

La version numérisé est disponible sur Gallica

Le littré de la Grand
Le littré de la Grand’Côte : à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement / par Nizier du Puitspelu ; Académie du Gourguillon
Source: Bibliothèque nationale de France

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Parution

L’ALPARA

Chantier archéologiqueFondée en 1977, l’Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) compte aujourd’hui une cinquantaine de membres. L’association met à disposition des archéologues des moyens destinés à faciliter la réalisation et la valorisation de fouilles. 

En collaboration étroite avec les professionnels concernés (archéologues de l’Etat ou des collectivités territoriales, chercheurs du CNRS, universitaires…), l’ALPARA édite et diffuse les Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARA). Cette collection à réputation nationale, voire internationale, compte aujourd’hui une trentaine de titres.

L’ALPARA produit également des vidéogrammes ainsi que des ouvrages relatifs à des recherches archéologiques comme, à Lyon, celles de la rue des Farges ; elle a collaboré avec la Ville de Lyon à la restitution des fouilles de la rue du Chapeau-Rouge (plaquette, vidéo, cédérom).

Depuis quelques années, l’ALPARA a élargi ses activités au-delà du secteur de l’archéologie. Titulaire de l’agrément ministériel, elle organise, en partenariat avec la DRAC Rhône-Alpes, des stages de formation sur diverses thématiques patrimoniales destinés principalement aux animateurs et guides-conférenciers du réseau des Villes et Pays d’art et d’histoire (VPAH).

Escalier hotellerieL’ALPARA participe également à la mise en forme des programmes des Journées européennes du patrimoine en partenariat avec les Villes et Pays d’art et d’histoire et le Grand Lyon. L’association a ainsi coordonné le programme transfrontalier Histoires… de matériaux (Rhône-Alpes / Suisse romande / Vallée d’Aoste – années 1997 à 1999).

A l’occasion du centenaire de la loi de 1901, l’ALPARA a mis en chantier, en collaboration avec la DRAC, la réalisation d’une base de données consacrée aux associations du patrimoine en Rhône-Alpes accessible depuis septembre 2001 sur le site de la DRAC Rhône-Alpes.

Voir le site de l’ALPARA

Poster un commentaire

Classé dans archéologie, Parution

Archéologie environnementale de la France

Publié le jeudi 21 octobre 2010 · Mis à jour le jeudi 21 octobre 2010
Par Stéphanie Thiébault
Collection Archéologies de la France
Coédition La Découverte et Inrap
22 € – 180 pages
Sortie en librairie : novembre 2010
Grâce au développement considérable des fouilles archéologiques préventives mais aussi aux progrès des techniques d’analyse, l’archéologie environnementale connaît un essor sans précédent. La compréhension des environnements du passé, de leur évolution, des impacts qu’ils ont subis et de la réaction du vivant (végétaux, animaux, humains) constitue un élément de réflexion fort pour le présent et l’avenir de l’humanité. Depuis l’apparition de l’homme, et surtout depuis les débuts de l’agriculture, les sociétés humaines ont significativement modifié leurs écosystèmes et les cycles du vivant.
Plus récemment, elles ont commencé à altérer l’environnement global de la planète à une échelle encore inconnue jusque-là. Le développement, à partir des années 1970, des études paléoenvironnementales en archéologie par des chercheurs de plus en plus nombreux permet aujourd’hui de proposer une multiplicité de scénarios, passés comme futurs.
Ainsi, l’archéologie environnementale a une double fonction. Elle contribue à une meilleure connaissance de l’évolution de l’homme et des sociétés et prend part à l’évaluation, à la prospective et à la prise de décision concernant l’avenir de notre planète, par son approche historique des dynamiques socioenvironnementales. Fondé sur des analyses réalisées le plus souvent dans le cadre de l’archéologie préventive, cet ouvrage présente les différentes disciplines environnementales et les résultats les plus significatifs obtenus ces dernières années.

Stéphanie Thiébault, directeur de recherche au CNRS, est archéobotaniste. Elle est spécialisée dans l’analyse des charbons de bois issus des sites archéologiques, ou anthracologie, discipline qu’elle a contribué à développer en France et à l’étranger. Elle prend une part active à l’accroissement des études environnementales en archéologie par son implication dans l’enseignement et la recherche.

Poster un commentaire

Classé dans Parution